Les conserves

Entrevue vidéo avec Nicole Anne Gagnon à propos des conserves.
Durée de la vidéo : 01:10
Vous pouvez télécharger le lecteur de média VLC pour jouer la vidéo sur votre ordinateur.
Transcription: 

Après l’apparition du titre «Les conserves», madame Nicole Anne Gagnon, chef de cuisine et professeure à l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ), s’adresse directement à la caméra.

00:00-00:23

Autrefois, comme dans à peu près toutes les cultures, il était commun de faire des conserves. On les faisait au fil des saisons, avec les produits de saison bien sûr. On pouvait mettre en conserve les légumes, les fruits, mais aussi les viandes, les poissons, fumés, salés, marinés, mis en pot de toute manière. On faisait des marinades, pensons au ketchup aux fruits, aux betteraves, aux herbes salées du Bas-du-Fleuve.

 

00:24-00:44

L’avènement de l’industrialisation et, bien sûr, l’amélioration des méthodes de réfrigération ont un petit peu arrêté tout ça. Maintenant, on va faire des conserves un peu plus par congélation. En plus, les femmes se sont mises sur le marché du travail, donc, cette méthode-là, qui prenait beaucoup de temps, était jugée comme un peu ancienne.

 

00:45-01:06

C’est sans doute l’arrivée d’une conscience écologique plus développée et de méthodes de réfrigération plus efficaces qui font en sorte que les jeunes, on le voit surtout chez les jeunes citadins, recherchent un petit peu à revoir ces techniques traditionnelles. On recherche à manger, donc, plus santé, plus sain.

Dans notre société où les produits frais (ou congelés) sont disponibles à l’année, on oublie parfois l’importance que prenaient les conserves autrefois. Nicole Anne Gagnon explique l’évolution de ces techniques au fil des ans.