Gravure montrant la mouture du maïs par deux personnes.

Premières saveurs d'ici

Certains aliments consommés par les Amérindiens se sont intégrés au quotidien des colons français et demeurent importants dans la cuisine québécoise d’aujourd’hui. C’est notamment le cas du sirop d’érable, du maïs, des courges, des gourganes, ainsi que d’une variété de gibiers et de poissons.

Les Iroquois étaient des horticulteurs qui cultivaient notamment les « trois sœurs » : le maïs, les haricots et les courges. Les Algonquins étaient principalement des chasseurs-cueilleurs qui prélevaient les aliments (gibiers, poissons, petits fruits, etc.) au rythme de leurs déplacements saisonniers sur leur territoire. La farine de maïs était une monnaie d’échange importante entre ces groupes.

Les Amérindiens préparaient leurs aliments en les séchant, en les fumant, en les grillant sur le feu ou en les faisant mijoter sur les braises, dans des contenants d’écorce ou de terre cuite. Ils assaisonnaient leurs mets de petits fruits et de poisson séché. Comme boissons, ils consommaient de l’eau, des infusions de plantes variées et de l’eau d’érable. Le partage et les festins communautaires occupaient une place importante chez ces Premières Nations, et c’est encore le cas aujourd’hui. 

Cinq hameçons à esturgeon - Omushkego, Cri Moskégon (Algonquin). Hameçons à esturgeon
Un arc et trois flèches - Inuit, Nunavik. Arc et flèches
Panier à eau d'érable en écorce et de forme carrée - Lena Nottaway, Anishinabeg (Algonquin). Eau d'érable
Égreneuse à maïs fabriqué à partir d'andouiller de cervidé - Tonawanda (Iroquois). Ustensiles ingénieux
Mortier et pilon en bois - Kanien:keha’ka, Mohawk (Iroquois). Mouture du maïs
Gravure montrant la mouture du maïs en farine par deux personnes. Monnaie d’échange