Nouvelle-France, nouveaux ingrédients : chaudron tripode sphérique en fer..

Nouvelle-France, nouveaux ingrédients

À leur arrivée en Amérique, les Européens transforment radicalement le paysage alimentaire de ce qui deviendra la Nouvelle-France.

Ces Français arrivent avec des animaux domestiques (vaches, cochons, moutons, poules). Ces viandes s’ajoutent aux gibiers et poissons locaux. Ils introduisent ainsi le jambon, le lard et le lait. Ils cultivent des céréales (blé, orge et avoine) et des légumes (pois, carottes, etc.) qui n’existaient pas sur le territoire de la nouvelle colonie. Ils introduisent également de nouveaux outils (poêles à bois en fer, fours en terre cuite, ustensiles en métal), modifiant la manière de cuisiner et de conserver les aliments. Leurs techniques culinaires transformeront aussi les habitudes alimentaires des habitants du territoire jusqu’alors occupé par les Autochtones, grâce à la boulangerie, à la salaison et à la transformation laitière, avec le beurre, la crème et les fromages.

Il reste relativement peu de traces de ces habitudes françaises dans le patrimoine culinaire actuel du Québec. La soupe aux pois, fabriquée avec des pois blancs et du lard, représente sans doute, avec la bière et le cidre, l’héritage culinaire le plus important. En effet, certains mets et aliments actuels, comme les délicieux fromages artisans québécois, résultent d’une influence française récente et non pas de l’époque de la Nouvelle-France.

Chaudron tripode sphérique en fer. Chaudron
Rangement mural en bois avec deux compartiments. Sel
Fourchette en fer et corne (vers 1800). Fourchette
Table à abattant. Table
Livre La cuisinière bourgeoise Livre La cuisinière bourgeoise
Extrait du livre de recettes La cuisinière bourgeoise sur les pois. Pois
Estampe montrant une femme travaillant près d'un four à pain extérieur, à proximité d'une maison. Pain