Enseigne Catelli de fèves aux lards, montrant une conserve.

Industrie du prêt-à-manger

Au-delà des influences culturelles, l’industrialisation débutant au milieu du 19e siècle a un impact profond sur l’alimentation en offrant des aliments prêts-à-manger. Des biscuits aux céréales à déjeuner, en passant par les soupes en conserve, les boissons gazeuses et les pâtes alimentaires séchées, ce nouveau menu est placé sous le signe de la modernité.

C’est le début des aliments transformés, fabriqués en série et emballés mécaniquement en sachets ou en boîtes. Ils sont ainsi plus faciles à transporter et à commercialiser chez l’épicier. Plus tard, ils favoriseront l’apparition des tout nouveaux supermarchés offrant le libre-service aux aliments. Provenant largement de l’Angleterre et des États-Unis, cette alimentation industrielle répond particulièrement bien aux besoins de rapidité des citadins qui disposent de moins de temps à préparer les repas.

Vers la fin du 19e siècle, Montréal joue alors un rôle de premier plan dans le secteur alimentaire canadien. Ville portuaire et ferroviaire au cœur du réseau économique nord-américain, elle voit naître les premières boulangeries, pâtisseries et biscuiteries industrielles.

Vaisselle de tôle émaillée. Vaisselle de tôle
Épicerie La Familiale et biscuits Viau. Viau
Sac d'épicerie Steinberg en papier. Steinberg
Photographie d'un marchant ambulant de crème glacée à Montréal. Crème glacée
Livre Nouvelle cuisinière canadienne Livre Nouvelle cuisinière canadienne
Extrait sur le bouilli du livre Nouvelle cuisinière canadienne. Bouilli
Extrait d'un manuscrit du Journal du Séminaire sur l'arrivée des macaronis. Macaronis
Enseigne Catelli de fèves aux lards, montrant une conserve. Catelli