Du mincemeat qui se partage

Entrevue vidéo à propos du partage du mincemeat.
Durée de la vidéo : 1min 47s
Vous pouvez télécharger le lecteur de média VLC pour jouer la vidéo sur votre ordinateur.
Transcription: 

00:00-00:13

Le générique « Famille Meredith, Du mincemeat qui se partage » ouvre l’extrait vidéo. Madame Helen Meredith s’adresse d’abord à monsieur David Mendel, puis parle du mincemeat.

Tu me disais que quand vous étiez jeunes, c’est ton arrière-tante qui vous apportait une tarte de mincemeat. [David : Exactement !] Mais, moi, là, je ne fais pas une tarte de mincemeat, je fais le mincemeat. Puis là c’est à eux de faire leurs propres tartes ou de faire ce qu’ils veulent avec. [David : C’est ça, c’est ça.] Alors, c’est un peu… Oui, c’est le mincemeat qui se partage, quand même.

 

00:13-00:35

Monsieur Mendel poursuit.

C’est ça. Donc elle, elle faisait une grosse tarte, qu’elle amenait à la maison chez, dans différents membres de la famille et la nôtre aussi. Et, nous, à l’époque, on appelait Aunt Fry’s mincemeat pie, parce que c’était elle qui nous l’amenait. Mais dans la famille, traditionnellement, ça s’appelait la recette de Rosedale parce que c’était là, à Toronto, où vivait la famille, au XIXe siècle. Donc, voilà !

 

00:36-01:23

Madame Meredith poursuit.

Puis là, moi, quand je fais le mincemeat, je le partage avec d’autres membres de la famille. Je l’ai fait découvrir à d’autres membres de notre grande famille. Et je l’envoie même par la poste en Angleterre, à des Meredith… des Meredith qui sont expatriés en Angleterre. Je l’envoie au Nouveau-Brunswick, je l’apporte à différents cousins, à Montréal. J’en donne… à qui est-ce que j’en donne ? À vous autres. De temps en temps j’en donne à des amis, parce qu’ils savent que je le fais puis c’est quand même une recette qui est laborieux, ça fait que ce n’est pas tout le monde qui en fait. Puis des fois, dans les dernières semaines avant Noël, ils courent pour en trouver, puis en acheter. Puis ce qu’on achète au magasin, ce n’est pas nécessairement aussi bon que ce qu’on fait à la maison. Donc des fois des amis vont dire « Ah, t’en fais à la maison! Est-ce que je peux en avoir ? ». Ça fait que des fois j’en ai à donner. Puis ça dépend… De temps en temps, je trouve d’autres amis qui en veulent. Mais, en tout cas, je le… Ça se donne à la famille.

 

01:23-01:35

Monsieur Mendel, accompagné de madame Meredith, continue.

Et c’est drôle que ça soit une famille anglaise qui est venue ici aux années 1820 et maintenant il y a une branche de la famille qui est en Angleterre et on envoie notre recette dans le reste du Canada et en Angleterre ! [Helen Meredith : En Angleterre !] [rires]

 

01:36-01:46

Madame Meredith, aux côtés de monsieur Mendel, complète.

Puis eux, à un moment donné, ils m’envoyaient certains ingrédients pour mettre dans le mincemeat, ça fait que c’est un peu un échange. Mais là, je les trouve ici ces ingrédients-là, ça fait que là je leur envoie le mincemeat parce que je les aime beaucoup. 

Les bonnes choses qu’on prend du temps à préparer sont toujours meilleures quand on les partage. Chez les Meredith, un plat traditionnel, le mincemeat, se partage même à l’échelle internationale!