Entrevue vidéo avec Nicole Anne Gagon sur l'importance de transmettre des savoirs et des savoir-faire.
Durée de la vidéo : 01:15
Vous pouvez télécharger le lecteur de média VLC pour jouer la vidéo sur votre ordinateur.
Transcription: 

Après l’apparition du titre «D’hier vers demain», madame Nicole Anne Gagnon, chef de cuisine et professeure à l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ), s’adresse directement à la caméra.

 

00:00-00:19

Autrefois, les recettes étaient transmises de mère en fille. L’aînée de la famille, surtout, était dédiée aux tâches culinaires et donc à la cuisine. On va, par contre, voir une diminution au fil des ans de cette transmission et donc une perte du patrimoine culinaire.

 

00:20-00:40

Les femmes de ma génération cuisinent de moins en moins au quotidien. Elles travaillent à l’extérieur, elles ont beaucoup moins de temps pour ces tâches-là. De là l’apparition du prêt-à-manger. Les hommes, par contre, vont prendre de plus en plus de place en cuisine, surtout dans ce qu’on appelle la cuisine du week-end. D’ailleurs, pour un jeune homme, savoir cuisiner, c’est un atout de plus.

 

00:41-01:10

Ceci dit, peut-être un peu à cause de la télévision, les jeunes démontrent de plus en plus un intérêt pour les techniques de cuisine. De là l’apparition de camps de jour, de cours de cuisine grand public. On se réapproprie ces techniques et ces notions-là. Alors, c’est un petit peu comme s’il y avait maintenant une transmission inversée. Ce sont maintenant les jeunes qui montrent de nouvelles recettes, de nouvelles techniques, de nouvelles notions à leurs parents. 

D'hier vers demain

Dans les cuisines, les rôles des uns et des autres changent profondément, observe Nicole Anne Gagnon, chef et professeure de cuisine à l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec. Avant, les recettes se transmettaient strictement de mère en fille. Aujourd’hui, les hommes y contribuent à leur tour. On voit même des jeunes qui partagent leurs connaissances avec leurs aînés!

En savoir plus   En savoir plus

Le patrimoine alimentaire est un beau mélange de court et de long termes. De continuité et de changements. Chaque jour, nous préparons des repas résultant de savoir-faire transmis de longue date ou d’inspirations du moment. Et c’est parfois par le vieillissement d’un aliment, l’utilisation d’un nouvel outil ou la réinvention d’une recette que se développent notre gastronomie et notre patrimoine.

Préparer des marinades qui prendront goût durant l’hiver. Utiliser le tamis du beau-père pour reproduire sa compote de pommes rosée. Demander à sa mère sa recette de tarte au sucre ou de paëlla… et l’améliorer pour tenir compte des préférences de notre petit dernier. Même la vaisselle léguée en héritage fait partie de notre patrimoine alimentaire.

Chacun de ces gestes ou objets raconte ainsi un morceau de ce passé que nous souhaitons donner au suivant. Ils font voyager nos goûts à travers le temps et les personnes.